7 tagged articles trouble du comportement alimentaire

09/04/2016


-

Ce blog n'est pas le récit d'une fille à qui il arrive des aventures extraordinaires, ce n'est pas non plus le blog d'une fille qui se pomponne et parle de ses astuces beautés... Non, ce blog est l'histoire d'une fille banale, une fille banale qui essaye de s'en sortir. Se sortir de maladies dont on ne la soupçonnerais pas atteinte. Son cerveau est la maison de ses maladies, son corps des fois laissent apparaître des marques de ses maladies mentales. Elle a été qualifiée de folle souvent, de jeune fille torturée encore bien plus souvent. Puis des fois même, de jeune fille forte qui se bat contre elle-même. Elle, elle ne sait pas. Elle ne sait plus se décrire, elle est perdue entre ses sautes d'humeurs et ses mensonges, elle ne sait plus si elle a le droit d'aller mal ou non, mérite t-elle d'aller mieux ? Elle ne sait même plus si elle veut aller mieux. Pourtant, je le sais, cette fille va se battre, cette fille va faire de son mieux. Je crois en elle, je crois en moi. Je vais guérir. Promis juré qu'on la vivra notre putain de belle histoire.
  ► 
-
Je m'appelle Sabrina, je suis née un 27 juin 1997.
 -
Et je suis...
-
Dépressive. SuicidaireTCA (Anorexie et Boulimie). Bipolaire. Insomniaque.
Anxieuse. Auto-destructrice. Accroc à mon pc. Décrocheuse scolaire.
--
 
-
Mais aussi...
Déterminée à devenir écrivain.
Prête à tout pour un jour ouvrir une association.
 
Je prône le bonheur, le bien être, la joie de vivre et l'entraide !
-


/!\ Plagiat non accepté /!\
 
 
Mon témoignage : L'homme que j'aimais à couché avec mère : ici.
Twitter : 
Youtube : 
Instagram :
Compte régime :
Skype : a demander en privé.
lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll


   Les commentaires me font vraiment plaisirs, alors n'hésitez vraiment pas à m'en laisser un.
-
Je ne répond plus aux pubs.
Je ne répond pas sur les blogs des autres.

Tags : L-Ombre-Brune - L-Ombre-Brune © - BIENVENUE ♥ - NE PAS COPIER - NO PLAGIAT. - dépression - suicide - Tentative de suicide - boulimie - Harcèlement scolaire. - viol - Hyperphagie - recovery - guérison - Je suis guérie - Guérir - lumière - Youtube - TWITTER - devenir écrivain - association - Hôpital.

La chose la plus difficile dans ce monde, c’est d’y vivre. 19/11/2016


"Vous pensez que vous ne méritez pas de vivre, vous vous détestez et comme personne ne vous fait du mal, vous vous en faites à vous même : vous êtes une sorte de super-héroïne."
 
Ces mots sont sorti de la bouche du psychiatre que j'ai rencontré jeudi. Psychiatre que je voyais pour la première fois suite à une longue après-midi aux urgences, psychiatre qui a touché tout juste. Il a posé des mots clair qui m'ont touché en plein c½ur, je retenais tellement mes larmes que j'en ai fermé les yeux pour ne pas pleurer. 
Cette semaine a été tellement éprouvante que mon arrivé aux urgence fût presque un découlement logique. Lundi, j'avais déjà passé ma journée à l'infirmerie à cause de mon c½ur, tachycardie, obligée de sortir de cours tellement je me sentais mal, j'ai pleuré tant la chaleur dans ma poitrine est devenu grande... Fatiguée, fatiguée et encore plus fatiguée après avoir dormi 10 heures. Mardi, je suis faible, je rate ma première journée de cours. Cette journée, j'avale une boite de thon entière et du pain en grande quantité. Je retrouve clairement des force après cet amas de protéine, assez de force pour sortir de mon lit, prendre mes lames et me couper pour avoir tant mangé. Mercredi, je retourne en cours, et là... C'est le drame. Midi, je dois manger avec ma mère, je suis déjà pas rassurée mais bon. On va à la boulangerie, prend un sandwich chacun, je l'avale tout en entier, mon ventre est déjà beaucoup trop rempli mais ma mère ne mange qu'un quart de son sandwich et me propose le reste, je l'avale à son tour en entier. Suite à ça, je me suis esquivée avec une bouteille d'eau et je suis retournée au lycée, plus précisément dans les toilettes... J'ai bu la bouteille et de nouveau je me suis faite vomir... Chose que je n'avais pas fait depuis très longtemps. Me faire vomir au lycée ? Mon dieu mais qu'elle monstre je suis devenue. Et voila... Ce jour là, je me jure de ne plus manger. Manger jusqu'à mourir de faim. Ne plus manger jusqu'à que mon corps me fasse tomber, que ma tête se fracasse contre le sol. Jeudi arrive, rendez-vous psy ou je craque et raconte tout, situation de danger déterminé et hop hop on m'emmène aux urgences. Je déteste les urgences, le temps qu'on y passe pour rien m'énerve. Les infirmières sont souvent sans tact, pour preuve, elle m'appelle, me mets dans le box ou je dois attendre avant de crier à l'urgentiste, "oh encore une anorexique". UNE ANOREXIQUE ? QUOI ? J'ai commencé à paniquer. Puis en plus il faut attendre des heures... Mais bref. J'ai vu le psychiatre. Et il a mit des mots sur ce que je n'ai pas su dire... Des mots aux quels je ne voulais pas penser... "Vous avez un sérieux trouble d'estime... Puis il faut que vous rencontriez un psychiatre pour les troubles du comportement alimentaire." Et, "Vous venez de recommencer une thérapie, ça va prendre beaucoup de temps... Il y aura différente phase mais vous avancerez." Du temps, TCA... Des mots que je ne voulais tellement pas entendre. Je n'en peux plus d'attendre pour aller bien... Je me refuse l'idée d'avoir des TCAs et pourtant la bouffe me torture tant... Bref... 
Voila, lundi, j'ai un rendez-vous avec l'éducateur qui me suivait quand j'étais hospitalisée en addictologie pour qu'il m'aide à trouver un suivi pour les troubles du comportement alimentaire vu qu'il a un service à côté du service d'addictologie. Gros retour en arrière pour moi. Gros sentiment d'échec. Mais bon, ne dit-on pas qu'il faut reculer pour mieux sauter ? 

Tags : L-Ombre-Brune - L-Ombre-Brune © - NE PAS COPIER - NO PLAGIAT. - dépression - suicide - mutilation - TCA - trouble du comportement alimentaire - Anorexie-boulimie - Psychiatre - hôpital - vivre - Retour en arrière - guérison - tristesse - perdre du poids - régime - allimentation

Je signe pour ma guérison, je résilie la destruction. 05/11/2016


Ca y est, ma volonté est réapparut. Je veux guérir. Je m'étais doucement laissé aller à penser qu'il valait mieux me détruire, qu'il valait mieux que je vive un enfer, que mourir valait mieux que grossir... Tout ça car je le méritais tout simplement. Mais qui mérite ça ? Qui mérite tant de haine ? Et bien, je ne souhaiterais ça à personne alors pourquoi à moi ? J'ai compris que la haine que je me porte est si grande que je n'arrive à en porter à personne d'autre. Je ne hais personne. J'ai le pardon plus que simple. Après une dispute, je ne comprend jamais pourquoi les gens tienne à leur rancune plus qu'à la personne avec qui ils se sont disputée. C'est pourtant simple, ils ont de la fierté. Fierté que j'ai un peu plus perdu cet été, je me rappelle avoir dit dans le lit de mon première amour "toute façon, pour être ici, c'est que je n'ai aucune fierté" et j'avais bien raison. Sans estime pour moi, je m'aplatis devant n'importe quoi, devant n'importe quel avis et même ceux que je sais en déraison. Je vois le problème, je l'ai identifié. Je peux même aller plus loin, je peux admettre d'ou vient ce problème. Je niais, je hurlais que non à qui voulait l'entendre mais c'était oui, oui tout vient de mon premier amour. Oui, j'ai arrêté de manger quand ses yeux se sont posé sur moi, oui je me suis sentie encouragée dans ma destruction à chaque fois qu'il m'appelait "grosse", oui je pensais avoir le contrôle quand j'étais avec lui mais encore une fois, il était bien plus fort que moi. Hier encore, après avoir dit ces phrases, je me serais critiquée. Je n'en ai pas pas envie aujourd'hui. Aujourd'hui, je ne veux pas dire que ce n'est pas de sa faute, que c'est moi qui suis bien trop faible. Non, je ne veux pas. Bien-sur que je suis bien trop attaché à lui, bien-sur que je l'admire encore, bien-sur qu'il reste mon fantôme mais merde... Quand je suis tombée amoureuse de lui, j'avais 16 ans et lui était bien trop âgé, j'étais au plus mal dans ma tête et lui le savait bien, j'avais que lui et lui avait qui il voulait, je ne l'ai pas laissé gagner, c'est lui qui m'a fait perdre. C'est vrai, il a bien fait des choses pour moi, mais combien il m'en a enlevé ? Je veux vivre. Je veux VIVRE, plus resté bloqué dans un passé trop obscur pour moi, je veux une lumière qui en fait mal aux yeux, je veux quelque chose qui éclair le ciel même en pleine orage, je veux ma lumière. 
 
Promis juré qu'on la vivra notre putain de belle histoire ≠


PS : En relisant cet article, je me sens honteuse et bien ingrate. La partie de mon esprit qui me dit que mon premier amour a fait tant de chose pour moi et que je n'ai pas le droit de lui en vouloir sonne fort. Pourtant, je ne veux pas supprimer cet article, je veux qu'ils consument mes idées malsaines, je veux le relire à chaque fois que j'oublie mon envie de vivre, je veux que ces pensées s'encre en moi. Je ne dois plus me haïr, je dois vivre.

Tags : L-Ombre-Brune - L-Ombre-Brune © - NE PAS COPIER - guérison - dépression - suicide - envie de vivre - envie de mourir - TCA - trouble du comportement alimentaire - troubes du sommeil - premier amour - nouvelle vie - plutot mourir que grossir - volonté - je me hais - vivre - espoir

Elle était tombée si bas que même son reflet l'effrayait. 15/10/2016

 
"Je ne mange pas, c'est au delà du corps que je me refuse tout ça."
 
Des jours d'automnes, des jours si froid... J'ai froid tout le temps, j'ai beau me couvrir, rien y fait, ce froid m'enveloppe comme une armure, de nuit comme de jour. Les jours se ressemblent tous, comme la température, mon moral ne remonte pas. Je suis de nouveau suivi par une psychologue, je suis contente de la voir... Je ne l'ai vu que deux fois et je ne la verrais pas de nouveau avant la rentré. Ma relation avec la nourriture a été au centre de toute nos conversations, j'ai demandé à la voir pour ça de toute manière. N'étant pas une spécialiste de ce domaine, elle veut me mettre en contact avec un centre spécialisé pour les troubles du comportement alimentaire. Je lui ai exprimé toute mes peurs à ce sujet, peur que mon obésité soit en désaccord avec ce type de soucis... Mon refus d'être à nouveau définie comme malade car si je le suis c'est qu'il y a un problème à résoudre, je ne le veux pas. Ma peur de ne pas être définie comme malade et d'être juste une grosse qui s'invente des problèmes... Mon esprit ne se construit qu'autour de contradiction qui ne veulent pas entrer en accord. Je maigris, là est ma seule satisfaction dans toute cette histoire d'ailleurs, mais... Même si j'ai atteins un poids que j'avais jamais vu sur la balance, je suis toujours en obésité. Toujours grosse. Et je me prive de bouffer et je bouffe trop et je me prive encore et... Et, des que je mange plus de 300 calories, j'ai l'impression d'être une baleine échouée... Je sais que c'est stupide, je sais beaucoup de chose mais mon s'avoir s'oppose toujours à mon ressentie.
Le lycée, mes notes sont loin d'être celle que j'attend. Je veux des notes excellente, je n'obtiens que des notes passable, cela rime d'ailleurs avec minable. Un 13, un 14, un 16... Je veux mieux, je veux être mieux. Bientôt des vacances, je les attend pour travailler, jeûner librement, faire du sport et me reposer et instaurer des journées sous les 200 calories par jours. J'ai hâte. Et, j'ai peur à la fois. Peur d'être seule, peur d'être tout le temps chez moi. Avant hier, j'ai fait une crise de nerfs, j'ai pleuré des heures, je me suis coupée, j'ai hurlé sur tout, n'importe qui, n'importe quoi, rien ne pouvait me calmer. J'ai pleuré dans mon sommeil... Loin du lycée, je fais n'importe quoi, je me sens plus mal que quand j'y suis alors je ne sais pas comment ça ira. Mais ça ira. Je perdrais du poids. Je travaillerais pour devenir excellente. Je deviendrais meilleure. La meilleure. Je vaincrais.

Tags : L-Ombre-Brune - L-Ombre-Brune © - NE PAS COPIER - TCA - trouble du comportement alimentaire - régime - malade ? - dépression - automne - auto-mutilation - scarification - psychologue - psy - Calories - note - lycéee