6 tagged articles BAC

09/04/2016


-

Ce blog n'est pas le récit d'une fille à qui il arrive des aventures extraordinaires, ce n'est pas non plus le blog d'une fille qui se pomponne et parle de ses astuces beautés... Non, ce blog est l'histoire d'une fille banale, une fille banale qui essaye de s'en sortir. Se sortir de maladies dont on ne la soupçonnerais pas atteinte. Son cerveau est la maison de ses maladies, son corps des fois laissent apparaître des marques de ses maladies mentales. Elle a été qualifiée de folle souvent, de jeune fille torturée encore bien plus souvent. Puis des fois même, de jeune fille forte qui se bat contre elle-même. Elle, elle ne sait pas. Elle ne sait plus se décrire, elle est perdue entre ses sautes d'humeurs et ses mensonges, elle ne sait plus si elle a le droit d'aller mal ou non, mérite t-elle d'aller mieux ? Elle ne sait même plus si elle veut aller mieux. Pourtant, je le sais, cette fille va se battre, cette fille va faire de son mieux. Je crois en elle, je crois en moi. Je vais guérir. Promis juré qu'on la vivra notre putain de belle histoire.
  ► 
-
Je m'appelle Sabrina, je suis née un 27 juin 1997.
 -
Et je suis...
-
Dépressive. SuicidaireTCA (Anorexie et Boulimie). Bipolaire. Insomniaque.
Anxieuse. Auto-destructrice. Accroc à mon pc. Décrocheuse scolaire.
--
 
-
Mais aussi...
Déterminée à devenir écrivain.
Prête à tout pour un jour ouvrir une association.
 
Je prône le bonheur, le bien être, la joie de vivre et l'entraide !
-


/!\ Plagiat non accepté /!\
 
 
Mon témoignage : L'homme que j'aimais à couché avec mère : ici.
Twitter : 
Youtube : 
Instagram :
Compte régime :
Skype : a demander en privé.
lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll


   Les commentaires me font vraiment plaisirs, alors n'hésitez vraiment pas à m'en laisser un.
-
Je ne répond plus aux pubs.
Je ne répond pas sur les blogs des autres.

Tags : L-Ombre-Brune - L-Ombre-Brune © - BIENVENUE ♥ - NE PAS COPIER - NO PLAGIAT. - dépression - suicide - Tentative de suicide - boulimie - Harcèlement scolaire. - viol - Hyperphagie - recovery - guérison - Je suis guérie - Guérir - lumière - Youtube - TWITTER - devenir écrivain - association - Hôpital.

C'est les vacances ! 18/04/2016

C'est les vacances !
 
La dernière semaine de cours bien que courte a été éreintante. J'ai passé deux oraux, un d'étude de gestion et un en français. Le premier à frôlé l'excellence selon le professeur alors que je n'avais rien préparé. Et le second passe la moyenne, j'ai eu du mal à m'exprimer, à aller au fond des choses mais lors de l'entretien j'ai su intéressé ma correctrice qui m'a dit qu'ainsi, c'était tout gagné. En tout cas, j'ai passé les deux sans ressentir aucune angoisse et j'étais fière de moi. Ensuite il y a eu l'écrit de français, dur, dur. Je ne pense pas avoir plus que 12. Je ne sais même pas si je peux avoir la moyenne vu que j'ai l'horrible sensation d'avoir fait du hors sujet. Ce n'est que blanc, ce n'est pas grave puis vaut mieux ne pas imaginer tant qu'on a pas la note. Enfin, il y a eu l'anglais. Bon, je sais pas comment je vais faire pour m'en sortir. Je ne comprends rien et ne m'en sors pas du tout dans cette langue. Le pire c'est que ça influe beaucoup trop sur mon morale. Rater en math, pas grave. Rater en histoire, je m'enfiche. Rater en anglais ? Ça me morcelle de l'intérieur. La prof n'est pas aidante non plus... Bref.
-
C'est les vacances maintenant !
-
C'est les vacances !

Lundi 18 avril 2016 :
 
Les jours passent, les jours ne se ressemblent pas. J'angoissais assez d'arriver à cette période de vacance voyant comment c'était passé la dernière. Mais ça va aller, j'y crois. Puis maintenant je suis confiante, légère et complètement prête à affronter ces deux semaines. Je ne dois juste pas m'ennuyer sous peine de trop penser. 
Je vais essayer de faire des fiches pour les cours tout en ne pensant pas qu'à ça. Ecouter de la musique, danser, écrire, chanter, sortir, regarder des séries, skype... Passer du bon temps car c'est pour ça les vacances.
J'ai envie de changer de couleur de cheveux aussi, une couleur pastel ou un noir bleuté. Le premier choix me tente plus mais le regard des autres me fait encore trop peur. Alors je ne sais pas trop, il faut que j'y réfléchisse encore. 
On me demande de réfléchir à mes cadeau d'anniversaire pour fin juin, si il est sur que je demande l'album  de FAUVE ≠ 150.900, que je vais avoir un vélo et que mon père a accepté de me laisser l'appartement pour faire une fête... J'hésite à demander à qu'on m'aide à financer un tatouage ou, et un écarteur. On verra bien. 
-
Mardi 19 avril 2016 :
C'est les vacances !

Ce n'est plus de la boulimie. Je ne vomis plus, je n'ai plus de compulsion alimentaire non 
plus. C'est différent maintenant. J'ai faim maintenant, j'ai faim tout le temps, pour dire : j'ai même faim en mangeant. Je pourrais manger tout au long de la journée sans ne jamais ressentir la satiété. Ce n'est pas un problème récent, je me souviens que quand j'étais plus jeune et que j'avais passé deux semaines avec des jeunes en surpoids ou en obésité. J'avais demandé : "Comment on la reconnait la faim  ? Moi j'ai tout le temps faim." On a pas su me donner de réponse, ou alors je ne me souviens pas. La boulimie et le goût du vomie masquait ce problème. Je ne sais pas comment faire pour résoudre ce soucis. Je veux absolument essayer de voir le docteur durant cette période de vacance mais j'ai peur que celui-ci me pèse ou me parle de régime ou me dise encore que c'est un danger pour ma santé d'avoir autant de kilos en trop. Même si c'est la vérité, j'ai peur de craquer et de pleurer quand il va me dire ça. Il faut que je me motive, pour atteindre une guérison complète, je dois régler ce problème aussi. 
 è
Jeudi 21 avril 2016 :
è
Je n'ai pas attendu mon anniversaire, j'étais trop pressée et j'ai acheté l'album de FAUVE, je suis super contente !
J'ai recommencé à écrire aussi, j'avais peur de ne plus jamais en être capable. Bien que ce n'est qu'une page d'une histoire dont je n'ai pas encore toute les clefs, j'ai confiance. J'ai repris du plaisir, j'ai exercé ma passion, je ne l'ai pas perdue !
-
Vendredi 22 avril 2016 :
-
C'est les vacances !
J'aime pas la nuit, j'aime pas mes nuits. J'ai du mal à m'endormir quand je le souhaite, alors je tourne dans mon lit à m'en faire mal au dos. Ensuite, je n'ai jamais réellement lutter contre la mutilation, quand je ne voulais pas me couper, je ne me coupais pas et quand j'en avais envie, je cédais. Sauf que maintenant je n'ai plus envie, plus envie du tout de toucher à ma lame, pourtant mes bras me démangent, la pression dans ma poitrine qui se déclare la nuit me pousse vers cette envie d'auto-destruction. Je lutte tant bien que mal, j'ai peur de céder. Le pire c'est que cette souffrance vient alors que rien ne l'a pressent. Je me sens quand même énormément mieux et forte devant cette souffrance. Mes sautes d'humeurs deviennent moindre, ou du moins si elles sont toujours présente, je ne les laisse pas être seule maître de moi même. C'est juste la nuit que c'est plus dur. 
-
Dimanche 24 avril 2016 :
-
Je suis tombée d'amour pour une série, The Originals. Un spin-off d'une série que j'apprécie beaucoup moins : The Vampire Diaries. J'ai regardé trois saisons en un jour et deux nuits. Je m'y suis tellement prise que je me suis décidée à faire une vidéo sur l'un des couples, comme je le faisais quand j'étais plus jeune. J'aime me plonger dans des univers qui me font oublier la vie réel pendant quelque temps. Puis les vacances sont le bon moment pour s'attacher à de nouveau héros, de nouvelles histoires... 
Bref, je vais bien.
-
ttt
Mardi 26 avril 2016 :
s--

-
Il est 02h40 (aucune trace de fatigue) : La nuit dernière je me suis couché plus tard, j'ai bien du mettre une heure à m'endormir. Tournée dans mon lit m'est réellement insupportable. Je n'arrive plus à inventer des scénario comme autrefois, que des idées sombres, des plans suicidaires qui s'échafaude alors que rien, rien ne me donne envie de mourir réellement. 
J'ai peur, peur de moi, peur de ces insomnies à répétition, de ces envies envahissantes et de ce comportement auto-destructeurs qui me colle à la peau... Je ne me re-mutilerais pas, point !
-
Je pense, je pense.
Un jour ma maman, il y a quelque années à menacé de se suicider. Devant moi, devant mes s½urs, devant ma cousine, ma tante... Pour des raisons que je juges pas, il n'y a pas de bonnes ou de mauvaises envies de mourir mais : elle voulait se suicider parce que son copain croyait que elle l'avait trompé. Mais ? Elle nous a déjà quitté pour lui et là elle était prête à mourir ? Ma mère souffre d'alcoolisme, souffre d'une crise d'adolescence qui perdure mais comment expliquer que je lui en veux. Pas d'avoir eu ces envies mais de les avoirs eu devant mes s½urs et moi... Et surtout parce que je suis sur qu'elle a prit ses mots à la légère mais parler de mort devant les personne à qui on a donné vie, maman ? Vraiment ?
-
Je pense, je pense.
Ma mère a toujours trop parlé. Enfin, c'est ce que je croyais. Quand j'ai été violée et que je lui en avais crachée quelque morceaux, elle l'avait répété à tout le monde, TOUT LE MONDE. Je lui en ai voulu plus que tout mais après moult conversation avec elle, j'ai mis ça sur le dos de l'alcool. Qu'il a bon dos celui-là. Surtout que ma mère sait tenir sa langue, sait aussi mentir, je l'ai bien vu, je le sais désormais. 
-
Je pense, je pense trop.

Tags : L-Ombre-Brune - L-Ombre-Brune © - NE PAS COPIER - Vacance - BAC - Bac Blanc. - français - anglais - anniversaire - Fauve ≠. - tatouage - couleur de cheveux - ecarteur - bonheur - guérison - dépression - angoisse - oral - peur - TCA - boulimie - Hyperphagie - mutilation - auto-mutilation - cat - Cat

"La vie c'est comme être à bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre." 09/03/2016

"La vie c'est comme être à bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre."
-
Avant-hier c'était la rentré et ça c'est plutôt très bien passé et pour la première fois dans ma vie, je peux le dire : je suis mieux à l'école que je suis nul-part ailleurs. Bien que je sois complètement noyée par ma démotivation, mes peurs stupides de ex-harcelée et que plus j'ai de devoirs moins j'en fais : ça va. L'ambiance est bonne, je suis occupée, je suis fatiguée le soir et arrive à dormir un minimum. 
Je me suis maquillée pour aller en cours, c'étais très dur pour moi. C'était bouleversé mes habitudes, les brusquer, mettre en évidence une différence, crée des regards... Résultat : beaucoup de craintes pour rien (comme d'habitude). On m'a même dit que j'étais belle, ce qui est soyons clair, très rare. Surtout venant d'une personne à qui je dis à peine bonjour. 
-
Lundi en attendant le conseil, un garçon de ma classe a dit : "vous savez, si quelqu'un meurt l'année prochaine dans notre classe, on aura notre BAC !" Un autre à alors répondu : "j'espère que l'année prochaine il y aura un gros dépressif dans la classe." Je suis restée silencieuse. Tout plein d'idées se sont bouleversées dans ma tête. Dans un premier temps je me suis dis, haha, si il savait. Dans le second j'ai trouvé ça horrifiant de souhaité le suicide de quelqu'un. Pour enfin me dire  : "au moins si tu meurs, ils seront heureux" (oui je sais blablabla c'est pas bien mais je ne sais pas calmer les idées obscures de mon cerveau.) 
-
Mardi on a fait une sorti, une sorti dans un magasin : Leroy Merlin. C'était d'une nullité exorbitante. Je me suis rarement autant ennuyée de ma vie, puis mon sac était lourd et j'étais épuisée. Tant épuisée que moi Sabrina, en allant chez ma grand-mère vers 17h, je me suis endormie. J'ai fais une sieste de une demi-heure. Qui a d'ailleurs complètement rompue mon envie de dormir arrivé dans mon lit le soir. Mais bon, le même mardi j'ai eu un 16 en histoire ! J'étais contente, je me suis dis que ça rattraperais mes notes dans une ou deux autres matières ou sans travail, je n'arrive qu'à atteindre la moyenne.
-
Aujourd'hui, mercredi, ça à été vraiment très dur. Deux heures de mathématique ou je me suis sentie complètement stupide, des que la professeur m'interrogeais, je répondais : "je ne sais pas." Les heures ont défilés et j'en suis sortie comme j'en suis entré, sans aucun savoir en plus... Cela à juste confirmé que je suis stupide mais bon, je le savais déjà. Puis en espagnol, la prof était insupportable. Elle ne nous fait plus cours, elle nous donne un texte et nous demande de le résumer. COMMENT ? J'adore cette dame, elle me fait rire, elle est gentille... Mais sur le coup, elle était de mauvaise humeur et elle nous l'a bien fait comprendre. 
-
Bref. 
-
"La vie c'est comme être à bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre."
Mentalement, je me sens bien. Mise à part que je me sens très seule et que je suis chaque jours un peu plus grosse, que j'ai envie de pleurer suite à ces deux choses... Je relativise. Je suis entourée bien que je me sente toujours à part, je suis entourée ! Je suis grosse mais c'est depuis toujours alors je dois m'y habituer et comprendre que mon changement prendra du temps. 
Finissons sur une note positive tiens : j'ai un suivi psy qui va durer, un suivi avec une éducatrice qui se poursuit, de futurs rendez-vous médicaux qui vont m'aider... Je veux guérir et je vais m'en donner les moyens : promis, juré.       

Tags : L-Ombre-Brune - L-Ombre-Brune © - NE PAS COPIER - NO PLAGIAT. - Vivre - Guérir - Guérison - Décrochage scolaire - Raccrochage - Micro-Lycée - Amis - Harcèlement scolaire. - Avenir - Je suis grosse - Solitude - Maigrir - BAC - Espagnol - Histoire - Changement - Mieux - Dépression - Suicide

"Tu es jeune, accroche toi, ça va aller, je te le promets, ton heure viendra comme tout ceux qui avant toi, n'existaient pas vraiment." 04/12/2015

"Tu es jeune, accroche toi, ça va aller, je te le promets, ton heure viendra comme tout ceux qui avant toi, n'existaient pas vraiment."
 
 
J'ai beaucoup pleuré ces deux derniers jours, pas pour grand chose mais j'ai réellement été triste. Tout est parti d'une absence en cours d'anglais ou il y a eu un contrôle au quelle du coup, je n'ai pas assisté. J'ai demandé à le rattraper, elle ma répondu sèchement : "je ne sais pas, j'hésite, le problème c'est que j'ai l'impression que vous fuyiez l'évaluation." Ah ? "La dernière fois déjà, votre copie était presque blanche." Oh ? "Donc oui vous pouvez rattraper mais essayer d'être là la prochaine fois." Les larmes me sont montées. Ça peut paraître idiot, mais je suis sensibles à ce genre de remarques. Surtout celles qui viennent d'un prof d'anglais, la matière ou je complexe le plus. Puis, pas à un moment cette professeur n'a eu l'idée de me demander pourquoi j'étais absente ? Si ma santé ne m'avait pas joué défaut ou autres, non. Elle a préféré le déduire elle même. Bref. J'ai donc rattrapé mon contrôle le lendemain de ça. A l'origine ayant eu une très mauvaise note à l'examen précédent, je devais avoir un contrôle "facile." Mais je ne sais pas trop pourquoi, j'ai eu le contrôle "dur." J'ai entendu dire que même ceux qui ont des bonnes notes d'habitudes n'avait pas réussi, ça m'a apeuré. En lisant le texte, je n'ai compris aucun mot, je me suis détestée. Quand je me suis retrouvée seule dans la sale, mes larmes ont à nouveau couler, une heure était passé, je devais le rendre, je n'avais rien fais. Copie blanche, encore ? Non. Impossible. "Bon calme toi. Tes nulle ok ? Mais si tu rends rien bah tu elle va croire que tu fuis encore, alors écris." J'ai alors commencé à rédiger mais j'arrêtais pas de pleurer, je rédigeais du vide sur du vide. C'était horrible. J'ai finis pas rendre mon sujet, la professeur m'a dit : "vous avez mis deux heures pour un sujet d'une heure ?" Ces yeux voulaient tout dire. Les miens devaient aussi refléter cette culpabilité qui m'habitait, ma nullité en anglais. 
Puis, il me restait une demi heure pour faire un devoir de gestion. Je n'ai pas sur me remettre au travail, tout le monde était parti, alors je n'ai fais qu'une question et j'ai rendue mon devoir. J'ai abandonnée par incapacité à me concentrer après le contrôle d'anglais qui m'avait complètement laminer l'esprit. Moi qui est toujours des notes plus que passable en gestion, ça va être une calamité
 
"Tu es jeune, accroche toi, ça va aller, je te le promets, ton heure viendra comme tout ceux qui avant toi, n'existaient pas vraiment."
 
Et dans deux semaines, BAC blanc ! Je me mets beaucoup de pression, je dois avoir la meilleure note, un point c'est tout. Il faut que je trouve la motivation, il faut que j'y arrive, parce que mon incapacité à me concentrer, mon incapacité à faire des efforts me détruit moralement. Je me repose uniquement sur mes capacités, j'arrive ainsi à rester dans la moyenne et même un peu plus ce qui rends mes notes bonnes pour la plupart, bah moi ça ne me suffit pas. Dans ma tête c'est simple, je reprend les cours, en première à 18 ans, comment je peux me permettre d'être "passable" ? 
A cela s'ajoute ma perception de mes notes complètement déformé. J'ai demandé à ma professeur de mathématique de repasser un contrôle pensant l'avoir complètement raté, je pensais avoir 6... J'ai eu 6 points de plus. Pire encore, j'ai l'impression (pour pas dire que je sais) que je foire complètement mon année, que je vais en cours mais que c'est inutile puisque je suis NULLE. Je comprend, n'écoute, n'apprend, ne fais, rien, strictement rien. C'est dur pour moi de voir que j'obtiens des notes qui surestime mes capacité et c'est dur d'avoir des notes qui sont égale à ce que je crois être mes capacités. C'est contradictoire, je sais. Mais je vous avoues que en ce moment mon esprit se joue beaucoup de moi. J'espère juste éviter les dégâts tout en étant la meilleure, j'espère juste ne pas être la plus mauvaise tout en sachant que je le suis. 
 
 

Tags : L-Ombre-Brune - L-Ombre-Brune © - NO PLAGIAT. - NE PAS COPIER - Scolarité - école - Lycée - micro-lycée - anglais - pleurer - gestion - BAC - Décrochage scolaire - peine - contrôle - stress - STRESS !